LES DIX COMMANDEMENTS DU BON SERVEUR

ServeurToujours utile pour réfléchir, à méditer, à afficher ou pour se détendre MAIS c’est du sérieux, voici les dix commandements du bon serveur : (que j’aimerai voir un peu plus souvent dans d’autres commerces)

  1. JAMAIS LES MAINS VIDES TU NE REVIENDRAS

  2. A la propreté irréprochable de ta tenue tu veilleras

  3. Au vestiaire ta susceptibilité tu laisseras

  4. Au client tu souriras, tu le regarderas

  5. L’accueillir et le raccompagner tu feras

  6. Ta note et ton encaissement impérativement tu vérifieras

  7. La ponctualité, la sobriété et la propreté tu respecteras

  8. Rapide et organisé tu seras

  9. Aimable et de bonne humeur constante tu adopteras

  10. La satisfaction du client sera ta priorité

Faîtes le bon choix avec le WIFI

Investir dans une connexion internet en illimité et GRATUITE est un excellent choix pour votre clientèle ou pour en conquérir une nouvelle.

C’est un investissement peu onéreux et simple, mais qui peux vous rapporter beaucoup. N’oubliez pas que la plupart de vos clients sont propriétaires d’un SMARTPHONE, ou même viennent manger avec leur ordinateur portable.

Du fait il est vraiment agréable pour eux de trouver une connexion afin de continuer à naviguer et à surfer. Bien souvent d’ailleurs vous avez déjà un modem dans votre établissement, alors n’hésitez pas à l’aménager. Les paramétrages sont simples et à la portée de tous.

Vous pouvez en profiter pour ajouter un petit ordinateur portable qui sera connecté à internet. ceci vous donnera la possibilité de diffuser de la musique originale, variée et adaptée à votre thématique via I Tunes ou Deezer  (avec un compte premium c’est l’idéal) ce qui est beaucoup plus agréable que des CD basiques. De plus vous pourrez récupérer des informations importantes pour votre commerce (restaurant ou non) comme la Météo (regarder par exemple mon lien météo Windguru en bas de page) , une adresse recherchée par un client ou un renseignement.

N’oubliez pas de le préciser, communiquez ! Inscrivez le sur votre vitrine, votre carte, sans oubliez tous vos supports publicitaires et votre site.

Les temps changent, les technologies évoluent, soyez à la page et investissez dans les bons supports car les encarts presses papiers deviennent chers et dépassés mieux vaut donc apparaître et communiquer via le net. Je vous communiquerai prochainement une stratégie à suivre afin d’investir dans les bons supports, communiquer bien et pour pas cher ! Si vous avez un doute contactez moi, croyez moi, depuis 20 ans d’activité j’ai eut le temps d’essayer beaucoup de supports qui ne servent à rien et d’autres qui fonctionnent vraiment.

Alors à bientôt See you…

L’Hiver approche, attention au froid !

Hier soir avec ma fille je suis allé dîner dans un petit restaurant du centre ville. La décoration est moderne et très sobre, ce qui rend l’atmosphère un peu froide.

La salle au RDC est très petite compte tenu de l’immense bar, des toilettes grandioses (on peut vraiment y aller à plusieurs !) et du four à pizza qui il faut le reconnaître tient plus d’une œuvre d’art.

Résultat 14 places confinées dans l’entrée entre tout ces éléments et une vingtaine de places qui passent à l’as en raison de cette décoration, quelle disproportion !

Attention à l’aménagement harmonieux d’un espace et l’on pourrait appliquer la même recette à n’importe quelle entreprise à savoir que les bureaux et autres infrastructures ne doivent pas être trop volumineuse par rapport à la surface de vente.

Enfin pour en revenir au fameux restaurant, nous voilà donc coincés entre la porte d’entrée et le bar. La salle est peu chauffée, il fait froid et à chaque fois qu’un client sort fumer nous prenons un bon gros courant d’air dans les jambes, ce qui ne contribue pas à me réchauffer. du coup cela me gâche un peu mon repas, c’est dommage.

Chaque détails comptent.

Donc pensez donc à bien chauffer votre salle, le repère c’est de s’y sentir bien en chemise ou tee-shirt, cela va contribuer à l’ambiance de votre salle. Si vous avez des tables proches de la porte d’entrée, investissez dans un rideau d’air chaud qui peu très bien se déclencher et s’éteindre en fonction de l’ouverture de la porte. Celui-ci va couper, annuler l’air froid venant de l’extérieur, vos clients sentiront de suite la chaleur en entrant ce qui va leur faire du bien, n’oubliez pas que la première impression est toujours la bonne, alors autant bien commencer. Voici un lien vers un revendeur :

Si vous êtes un particulier et que vous recevez du monde chez vous, appliquez la même recette, faîtes chauffer l’atmosphère cela fera chauffer l’ambiance et si vous avez une cheminée lancer un bon feu, vous passerez sans doute une bonne soirée.

Est-ce un bon resto ? Mes cinq coups d’œil pour le savoir

Découvrez dans cet article quels sont les critères de références de vos clients potentiels afin de déterminer si votre restaurant est un bon restaurant. Avez vous mis en place les éléments essentiels qui font que la clientèle va entrer, rester, va revenir et va vanter la qualité de votre restaurant ? 

Comment savoir si vous êtes dans un « bon » restaurant sans l’aide, parfois tendancieuse, d’un guide gastronomique ? Un restaurant où la cuisine est bonne, fraîche, saine. Ou vous serez heureux quand arrivera « la douloureuse ».

Il ne suffit pas d’être épaté par le décor ou la qualité du service. Voici quelques indices à repérer avant de s’asseoir. Vous pouvez les collecter en cinq coups d’œil et moins de 30 secondes, avec un peu d’entraînement.

1. Un coup d’œil à l’aspect extérieur

Comment la cuisine pourrait être soignée si ces éléments de première visibilité ont été négligés ?

  • La façade et les stores doivent être propres ;
  • le mobilier extérieur est à scruter : les chaises et tables en plastique ou en imitation rotin (made in China ou Taïwan, avec des agrafes et pas de petits clous) signalent rarement un restaurant de grande classe ;
  • des parasols publicitaires, un store couvert de « sandwichs, crêpes, paninis », etc. : tournez le dos.
2. Le coup d’œil à travers la vitrine
  •  Le restaurant doit être plutôt rempli. S’il y a de l’attente, ne fuyez pas forcément : c’est de bon augure si le restaurant n’est pas situé dans un quartier touristique ;
  • y a-t-il dans la salle des clients du même pays que la cuisine servie ? Des clients chinois dans un chinois, c’est toujours prometteur ;
  • des personnes âgées locales : plutôt bon signe également ;
  • l’absence de touristes est autre indice encourageant ;
  • si la cuisine est visible, c’est un plus ;
  • si, pendant que vous jetez votre coup d’œil, un garçon sort pour vous alpaguer, fuyez.
3. Un coup d’œil à la carte

 


Une carte non plastifiée, des pâtes faites maison : encourageant (Pascal Riché/Rue89)

Les restaurants qui font de la cuisine sur place, à base de produits bruts et frais, commencent à l’afficher. N’hésitez pas à poser la question si ce n’est pas le cas. Par exemple, demandez si les frites sont épluchées sur place.

  • La fraîcheur : fuyez devant les cartes figées, plastifiées, jaunies avec des gommettes sur les prix antérieurs.

    Les cartes doivent être éphémères, ou comporter des plats du jour. Ecrites sur des ardoises, c’est également bon signe. Éviter enfin les restaurants qui affichent des photos de plats sur leurs vitrines ou leurs menus ;

  • si la carte est traduite en six langues avec les drapeaux de tous les pays de l’UE ? Mauvais présage ;
  • la carte doit être sérieuse et assez courte, avec mention des origines. Si le restaurant est petit, la carte ne doit pas être trop fournie (c’est l’assurance que tout est frais). Colette Roos : « Une carte encourageante, c’est trois propositions d’entrées, de plats, de desserts, et un seul menu du jour. » ;
  • la cohérence de la carte : si le restaurant fait tout et n’importe quoi, c’est louche ;
  • la dénomination des plats : que la carte ne soit pas colonisée par des plats à la mode et passe-partout. Par exemple, le basilic est à la mode, pas l’estragon. Que les descriptions soient factuelles (les « rondes de » et les « farandoles de » sont proscrites) ;
  • les desserts : s’il y a sur la carte à la fois du fondant, du tiramisu (à la framboise, c’est encore pire) de la crème brûlée et un café gourmand, il y a 90% de risques qu’il s’agisse de desserts industriels.
4. Un coup d’œil dans la salle du restaurant

 

  • Les ampoules : plusieurs ampoules grillées dans une salle de restaurant témoignent d’un laisser aller qu’on risque de retrouver dans le service et les assiettes ;
  • la musique : elle ne doit pas être trop forte ;
  • les fleurs : en plastique ? Fuyez. Autant afficher : « Ici on n’aime pas le frais » ;
  • les toilettes : j’ai une technique imaprable : « Quand je rentre dans un resto, je vais aux toilettes direct. Un resto aux toilettes sales, c’est mauvais signe » ;
  • une armoire réfrigérée dans la salle avec des desserts qui attendent : horreur ;
  • l’accueil : Si au bout de 2 ou 3 minutes personne n’est venue vous accueillir (ou au moins vous saluer pour vous faire patienter), le service risque d’être peu attentionné et la cuisine suivra la même pente ;
  • le patron/la patronne : n’hésitez pas à échanger quelques mots avec le ou la propriétaire. Se faire une idée sur l’homme ou la femme, c’est se faire une idée sur ce qu’il ou elle sert. Si le ou la chef veut bien remplacer ce que vous n’aimez pas ou ne supportez pas, c’est un autre bon signe ;
  • les serveurs (à défaut du patron) : ont-ils l’air à l’écoute ? Posez-leur une question. Il faut qu’ils sachent décrire les plats (surtout le plat du jour) et en connaissent la fraîcheur (poissons…).
5. Un coup d’œil sur les tables et dans l’assiette des clients

 

Ce qu’il y a sur les tables des autres clients est riche d’informations. N’hésitez pas à leur poser une question au débotté (« C’est bon ici ? »), vous saurez à leur tête s’ils sont enthousiastes ou pas.


  • Du pain frais (Lucile Sourdès/Rue89)

    Le pain : observez-le sur les tables. S’il vous semble appétissant, c’est une bonne indication du soin que met le patron ou la patronne à satisfaire ses clients, sans chercher à grappiller quelques euros ;

  • la salade : si c’est de la salade iceberg ou un mesclun à l’aspect industriel, ce n’est pas bon indice ;
  • le fromage : un autre très bon indicateur. A l’œil nu, on peut savoir s’il est industriel ou s’il a été acheté au marché ;

  • Le moulin à poivre, indicateur important (Pascal Riché/Rue89)

    les boissons : s’il y a des énormes « barons » de bière sur les tables (50 cl), méfiance : c’est généralement le propre desétablissements qui arnaquent les touristes ;

  • le moulin à poivre : s’il est sur chaque table, c’est un signe de bon goût et d’attention du restaurateur ;
  • l’assiette terminée : les couverts sont en travers, notez si les clients ont délaissé certains aliments.